Exposition temporaire présentée à la Maison Bélisle
Du 5 mars au 7 septembre 2020

« Mémoire de l’eau » est une exposition à la Maison Bélisle inspirée des explorations de l’artiste iranienne Maryam Izadifard sur la psychologie du corps en relation avec l’espace. Il se veut une réflexion sur le mouvement migratoire et le statut d’immigrante. Il est la suite logique d’une résidence de l’artiste d’une semaine dans les soubassements du Moulin neuf de  l’Île-des-Moulins, lieu historique du Vieux-Terrebonne. Cette oeuvre pluridisciplinaire allie dessins et peintures se veut une réflexion sur la mémoire, la solitude et le mouvement migratoire.

Résidence dans le soubassement du Moulin neuf
Pendant une semaine, l’artiste multidisciplinaire, Maryam Izadifard a vécu seule dans les soubassements du moulin. Livrée à elle-même, elle a pu s’immerger complètement dans la création. Elle est entrée le 30 octobre 2019 dans ce qui allait devenir sa « prison temporaire » avec beaucoup d’appréhension tout en étant remplie de joie à l’idée de pouvoir vivre cette expérience hors du commun. Il faut comprendre que venant de l’Iran, elle n’a aucun repère géographique des lieux, pas plus que d’images ou idées du lieu dans lequel elle se trouve. De leur côté, l’organisation de l’Île–des-Moulins lui a demandé d’écrire chaque jour un mot pour les informer de son état physique et moral. Enfermée, recluse, avec le strict minimum soit du papier et des crayons, et sans aucun moyen de communication avec l’extérieur, cette expérience en isolement totale l’a confronté à son rapport au corps. Dans un silence quasi-total sinon le bruit incessant de l’eau de la rivière qui coule, elle a replongé dans un souvenir personnel, celui d’une enfance reliée à un contexte de guerre Irano-Irakienne.

Exposition 
Ces moments vécus en isolement ont mené à l’exposition à la Maison Bélisle.  Afin de produire ce corpus d’oeuvres, Maryam s’est entourée du plasticien Marc Lincourt pour la recherche des matériaux à utiliser, le moulage de couteaux, les tests techniques de découpe de verre, etc. tout ce qui concerne l’aspect technique des oeuvres.

Au total ce sont quatre grands dessins sur papier arche et six peintures acryliques sur panneaux de bois qui orneront les murs de la Maison Bélisle. L’élément principal représenté sur les dessins et peintures est le couteau qui est l’objet qui a occupé fortement l’esprit de Maryam au cours de sa semaine de résidence. Elle a donc décidé de l’explorer et propose ainsi plusieurs déclinaisons d’un couteau (celui qu’elle a apporté au moment de la résidence pour cuisiner) allant des détails à l’abstraction. Certains dessins seront fabriqués de collage de morceaux de vitres. Le couteau symbolise l’ustensile de base pour manger et vivre. Il est également un moyen de défense contre des agressions extérieures ou encore un élément utilisé pour la survie.

 

memoire-de-leau

Lieu de l'exposition

Maison Bélisle
844 rue François-Xavier
Terrebonne   J6W 1G9

Merci à nos partenaires